MB Race

samedi 6 Juillet 4h30, le réveille sonne dans notre charmante chambre d’hôtel. La nuit a été moyenne. La chaleur, les gamins qui gambadent au dessus de nos têtes =:( mais aussi une certaine appréhension de la course ont eu raison d’un sommeil réparateur. Peut importe, la motivation est bien présente :-P Nous dévorons un gateau sport cuisiné par Christophe ;-) , nous enfilons nos équipements préparés la veille.
5h30 nous sommes sur la ligne de départ. Il y a déja du monde mais l’ambiance est sympa. Les montagnes se dessinnent devant nous, le paysage est grandiose. Le Mont Blanc nous rappelle qu’ici la nature impose sa force 8-|
Je me sens ridiculement petit (merci de ne pas faire de commentaire…). L’émotion m’envahie. J’ai un peu peur mais j’ai envie de rouler.
6h, c’est le départ. Nous partons tous tranquillement (je ne vous parle pas des premiers 8-| ).
Christophe me dit d’en profiter !!! de quoi ??? des quinze mètres de plat. Nous n’en verrons plus pendant de très longues heures ;-(

Nous attaquons la première difficulté immédiatement. 7000 mètres de D+ sur 140 kms, il ne faut pas perdre de temps…
IL s’agit d’un col sur la route. Les habitants de Combloux nous encouragent, certains agitent des cloches de vaches, nous les remercions avec nos applaudissements et de grands sourires :-D

Christophe est quelques mètres devant moi, je lui demande de ralentir. Il revient à mon niveau, je lui rappelle que nous devons gérer les 70 premiers kilomètres. Je me rends compte aussi que de nombreux vététistes nous dépassent =|

La route laisse place à un chemin large et caillouteux. L’exact reflet du parcours :-?
Au bout de 45 minutes, mon partenaire me dit qu’il faut effectivement gérer mais que nous devons également faire attention aux horaires des différentes portes (70,100,!!!). Il a parfaitement raison mais ce que je prenais pour une allure d’échauffement sera en fait ma vitesse maximum pendant 12 heures )-(
Je suis incapable d’accélérer et nous sommes au 40° kilomètre… Sur la MB race, c’est simple. Après une montée il y a un col après un col il y a un raidar et aprés le raidar, il y a un mur entre 20 et 35/100 8-|

D’ailleurs le premier d’entre eux se présente devant nous. Je l’attaque avec courage et je pose pied à terre au bout de ???? 20 mètres )-|
Christophe, lui, est toujours sur le vélo !!! il s’arrète, jette un coup d’oeil vers moi et là, je n’y comprends rien :?: Il descent du vtt et revient en arrière ??? arrive à mon niveau ?????? et prend mon bike 8-| 8-|
Un vtt de la main gauche, un autre de la droite. Il grimpe un mur à 25/100 comme un petit cabri :mrgreen:
Il arrive en haut et doit m’attendre… J’aurai droit à ce traitement de faveur toutes les prochaines bosses où je dois marcher ;-) Je ne cherche pas à le convaincre de ne pas faire ça. Il prend le risque de se cramer pour moi mais aussi pour nous. Il fait tout pour que nous restions ensemble malgré ma petite forme du jour.
J’allais dire incroyable mais non, je préfère dire admirable.

La course continue et c’est toujours aussi difficile et aussi ch…. Les montées sont toutes les mêmes, de l’autoroute à vtt. C’est large, caillouteux, il fait 36° et je fonce à 5 kms/heure ;-(

Je n’aurai plus la chance et le plaisir de rouler avec Christophe. Il a pris le large dans une descente. j’ai le sourire jusqu’aux oreilles. Je suis persuadé qu’avec la forme qu’il tient il peut aller au bout. J’arrive à l’arche de 70 kms après 7 heures de course…
C’est étrange, je n’avance pas mais je ne suis pas épuisé, ni moralement ni physiquement. Va comprendre :?: :?:
Je bache ou je continue ?
Je ne me pose pas la question une seconde. Prochaine étape l’arche des 100 :-P

Les 30 prochains kilomètres seront comme les 70 précédents =:(
C’est simple, je suis couché sur le vélo tant que je peux rouler sinon je marche ;-(

Je suis prudent dans les descentes. Il y a celles rapides où il faut être très concentré. Elles se font sur un lit de cailloux. Si vous freinez un peu trop fort c’est la méga-glissade et la gamelle assurée… Puis les descentes techniques. Là, vous me connaissez, je suis très souvent à la ramasse :-? Debout sur les freins quand il faut de la vitesse. A droite de la trajectoire quand il faut être à gauche. tendu comme un arc quand il faut être souple…..
Si une école de vtt veut former des gamins, pas de souci. Une bonne caméra qui me suit et vous dites aux enfants de faire l’inverse de ce qu’ils voient. Une moisson de médailles aux JO :mrgreen:

La descente sur Megeve qui permet d’accéder à l’arche des 100kms est une galère pour moi :-x
Des racines énormes jonchent le sol et des marches d’une bonne hauteur me barrent le chemin. Encore une fois, je dois descendre du vélo et faire comme je peux pour passer chaque difficulté.

Megeve. J’arrête ou je continue ??? c’est une évidence. Le 140.
Petit ravito. J’entame un enième col juste à la sotie de la ville.
Un col sur route qui à l’air bien long (13 kms). Une féminine me laisse sur place. Elle est vraiment très mince mais son coup de pédale est diabolique 8-|
Je monte pendant une demie heure et là, mes jambes s’arrêtent de tourner. La panne sêche. Je m’assois et me repose un peu. Je marche, remonte sur le vtt pour mon dernier kilomètre. Nouvel arrêt )-( je regardece qu’il me reste à parcourir jusqu’à l’arrivée.
30 bornes sans aucun plaisir.
30 bornes en marchant sous un soleil encore très présent.
30 bornes pendant lesquelles je peux prendre des riques pour ma santé.
30 bornes pour prouver quelque chose.
30 bornes qui me prendront sûrement 4 longues heures de souffrance.
Non, je n’ai pas la volonté pour subir ça. Je préfère être raisonnable. Retour à l’arche des 100. 120 kms au compteur en 12 heures, ça vous donne une petite idée de la MB race )-|

Je retourne à Combloux avec un tout petit moral. C’est (très) dur pour moi )-(
Après la douche, une fatigue intense me tombe dessus. J’ai la tête qui tourne et bien du mal à respirer. Sage décision.

Mais il me reste le meilleur moment de la journée à vivre . Acceuillir Christophe :mrgreen:

Le bénévole qui gère les temps de passage m’annonce qu’il devrait arriver vers 20 heure. 1 heure à attendre. J’ai vraiment hâte.
La dernière ligne droite doit faire une bonne centaine de mètres. Je le vois. Génial. Il franchit la ligne d’arrivée, la roue avant à un mètre du sol. un rituel.
Il est vraiment entamé )-(
14 heures sur le vtt….
Christophe est largement applaudi par le public qui est là pour les finisher. Il répond aux questions du speaker. Je passe derrière les barrières et lui saute dans les bras. Je suis vraiment ému de sa réussite. Je demande le micro au speaker. Je raconte ce qu’il a fait pour moi. Le portage des vélos, sa patience. Sûrement une attitude exceptionnelle sur un parcours aussi difficile. Les applaudissements redoublent. IL le mérite largement.

Nous retournons à l’hôtel situé à 200 mètres de l’arrivée. Christophe ne se sent pas bien. Il lui faudra un bon moment pour récupérer de cette journée hors du temps.

Nous passerons le soirée devant une pizza (et une bonne bière fraiche pour moi ;-) ) avec deux Dijonais très sympa :-P

Que retenir de cette course ?
Le négatif.
Aucun interêt dans le parcours. C’est tellement difficile que l’on ne peut pas profiter des paysages grandioses. Un village d’exposants bien maigre.

Le positif.
Une superbe organisation. Des bénévoles adorables. Le rajout de points d’eau au regard de la chaleur )-|
La réputation de l’épreuve…

Nous ne retournerons certainement pas sur la MB race. Nous n’avons pas eu de plaisir sur ce parcours très exigeant. Mais je suis finalement content d’y avoir participé. un tèl objectif m’a poussé à m’entrainer, pas toujours d’une façon réguliere surtout en Juin mais peu importe, nous faisons tous en fonction de notre quotidien…
J’ai pu aussi découvrir un peu plus Christophe. Des entrainements en commun, des discussions…Et puis son attitude à mon égard restera le grand souvenir de cette course. Chapeau bas.

Merci également à vous qui m’avez encouragé avant et réconforté après. J’ai bien de la chance de vous connaitre.

Nous repartirons encore sur un vélo de route ou sur un vtt mais maintenant et plus qu’avant un mot d’ordre :
PLAISIR |-D

Une énorme pensée pour mes deux frères, Laurent et Christian qui m’ont permis depuis treize ans dèja de vivre des moments exceptionnels.

Les commentaires sont clos et le rétrolien n'est pas disponible.

4 Réponses à “MB Race” :

  1. avatar Laviradm dit :

    Nous sommes gâté en CR c’est génial. Merci Marco pour nous faire vivre la MB Race que je ne vivrai pas autrement que par procuration :).
    Bravo les gars et particulièrement à Christophe qui avait l’air particulièrement en forme.
    Le plaisir sur le vélo c’est aussi avant et après pour moi… La salade d’autoroute et le gâteau sport ça explique bien des contre – performances :)p

  2. avatar Didier dit :

    chapeau bas…Le genre d’épreuve ou on ne me verra pas mais qui m’inspire un grand respect.

    merci pour ce beau CR

  3. avatar Michel MONJARET dit :

    Félicitations les gars pour votre MB race et ton CR.
    C’est le genre d’épreuve qui ne me fait pas rêver, contrairement à votre engagement physique sur un tel truc.
    Bonne semaine aux heureux campeurs

  4. avatar Jean-Luc dit :

    Aprés Didier et Franck, Marco Panzani s’y met. C’est chouette le vélo avec les potes, et le faire vivre aux autres c’est hibou…. Ok je sors.
    Je propose, aprés le challenge AAOC , de créer le Cesar club du meilleur chroniqueur de la saison pour l’AG .
    Merci a tous