Ronde des blés – Grosse moisson en 3

Ronde des Blés 2015 - Podium par équipe cat.3

Roland

Ronde des Blés 2015

CASIMIR&CERISE

Casimir & Cerise

20150627_175225

Les pancartes

20150628_175709_resized

La moisson

CLM - Dur ! Dur !

CLM – Dur ! Dur !

 

 

 

En 3 – GS, stratégie gagnante :
– Le général et victoire au CLM pour Franck XXXL
– Points Chauds pour Franck L.
– Prix d’équipe
– Club le plus représenté (toutes catégories confondues)
Etape 2 :
– Top 10 pour Franck XXXL qui a du se débrouiller seul à +/- 600m de la ligne (co-équipier KO).
– Points chauds assurés pour Franck L.
La stratégie était claire : assurer le maillot à points. Tout le monde s’y est collé et il fallait au moins tout ça pour remplacer Jean-Luc ;) surtout que les pancartes n’étaient pas jugées comme initialement prévu dans le road book de l’étape.
Ensuite, essayer de gagner l’étape. A 5Km de l’arrivée, Olivier se met à la planche et dépose à 1Km de l’arrivée. Ensuite ça cafouille et Franck XXXL doit se faufiler dans la mêlée particulièrement agitée.
Etape 1 :
– prime au sprint du K28 pour Roland, emmené par Jean-Luc
– maillot du classement par points pour Franck L, et à 3 reprises emmené par… Jean-Luc
– 3è place pour XXXL, emmené jusqu’au dernier Km par Jean-Luc
Classement AAOC du plus grand nombre de Kms en tête décerné à Jean-Luc.
Et le chat noir pour Eric, victime d’une chute et qui explose son vélo. Le bonhomme est plus solide il s’en sort debout la voix un peu plus haut perchée :)

En 1-2 :
JC dans le Top 10 au général.
Temps très prometteur de William au CLM avec 8mn23s
Gros boulot d’Olivier et de Franck BOULE
E1 :
JC VOLCLAIR dans la bonne échappée à 12 et termine 7 ou 8.

Lien vers l’album photos

 

Les commentaires sont clos et le rétrolien n'est pas disponible.

7 Réponses à “Ronde des blés – Grosse moisson en 3” :

  1. avatar Laviradm dit :

    Un grand merci à mes très bons équipiers. Je leur dédie ce maillot que je vais défendre bec et ongle demain.
    Avec mention spéciale à Jean-Luc qui a vraiment fait un sacré boulot : IMPRESSIONNANT |-D
    XXXL qui a très bien géré les moments creux 8-)
    Dominique et Olivier toujours présents :-D
    Une pensée pour l’ami Eric pour ce samedi noir !

  2. avatar Jean-Luc dit :

    Je decernerais un accessit à Cyrille qui a egalement couru toujours bien placée s’offrant même plusieurs fois le luxe d’etre la 1ère dans les roues des échappés.

  3. avatar Jean-Luc dit :

    Et pour tempérer les éloges de Franck, beau boulot d’equipe effectivement avec des bons bouts droits emmenés par Oliv et Dominique.
    Et le mieux, c’est qu’on remet ça demain!!!

  4. avatar Jean-Luc dit :

    A voir nos 2 porteurs de maillots, on se dit quand même que ca sert à rien d’être affûté, et que pour gagner, il faut manger à sa faim|-D |-D |-D

  5. avatar William ROSE dit :

    salut
    felicition a tous pour vos resultats de ce week end et a dimanche pour les championnats :-P ;-) |-D

  6. avatar Laviradm dit :

    Nous l’avions cochée de longue date cette ronde des blés. 15 jours après le Paris-Bayonne il était clair que nous serions en forme XXXL, Jean-Luc et moi.
    Les équipes ont été constituées très tôt dans la saison et se sont modifiées au cours du Paris -Bayonne et avec la montée de William.
    Alors tous les soirs, pendant le Paris-Bayonne, lors des bières, et plus tard dans la soirée, en comité restreint autour d’une poire, la stratégie évoluait. Je ne sais pas si c’est d’avoir lavé le linge ou de jouer les pancartes qui a été le plus déterminant pour me retrouver d’abord en équipe 1 puis carrément Leader.
    A Méréville, nouvelle composition, évolution de la stratégie indice zzzz »…
    Puis, milieu de semaine, nous échangeons avec XXXL et je suis volontaire pour le classement par points.
    A 10 minutes du départ, on se regroupe pour communiquer sur la stratégie finale de la course du samedi. On fera les comptes après…
    Course du samedi :
    Départ retardé cause crevaison… Il se trouve que c’est Eric le chat noir. Cette saison il me surclasse :).
    Depart : ça fuse dans tous les sens, on essaie de placer un gars chaque fois que cela peut être sérieux. Le 1er point chaud est à 13K.
    Jean-Luc ouvre le train, 2 gars se positionnent dans sa roue, puis il y a Dominique, Franck XXXL et moi en 6è position. Le vent vient de gauche.
    D’aussi loin, je ne vois pas la ligne. Un de mes concurrent lance le sprint, je me fais réveiller par toute l’équipe.
    Je ne trouve pas l’ouverture à droite alors je contourne XXXL (ça fait une sacré rallonge…) et je lance à gauche. Résultat 2è, je m’en sors bien même si c’est un peu dommage car la 1ère place était jouable. Vigilance donc pour le prochain sprint…
    Nous échangeons avec XXXL qui me dit qu’il y avait la place à droite et pour moi non : Il oublie clairement que je porte toute la pression et les espoirs de mon équipe ce qui élargit les épaules :) Et je ne pouvais pas, consciemment, rouler dans le bas côté et risquer la gamelle… Nous verrons plus tard qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis :)
    Jean-Luc fait une grosse partie du boulot en contrôlant la course. Franck XXXL et Dominique sont en appui.
    Pour le 2è sprint ça part de loin, on sort à 3, j’accompagne la tentative. Mes compagnons renoncent et le peloton rentre sur nous. A la jonction, encore Jean-Luc à la manœuvre mais ce coup là vigilance totale. Je lance le 1er, d’un peu trop loin…., je plafonne et le gars de SACLAY – futur vainqueur de l’étape – déboîte fort : imparable.
    La bonne nouvelle c’est que les points du 1er sont partagés et moi j’engrange avec cette 2è – 2è place.
    J’ai du mal à me remettre de l’effort et devant ça roule. Je perds des places et la route se rétrécit : pas moyen de remonter. On passe Janville, faux plat montant vent dans le nez, je suis dans la bordure et ça commence à craquer. Chaud – chaud je ne suis vraiment pas bien placé.
    Cyrille s’ecarte, Jean – Luc dans le rouge… J’ai retrouvé mon souffle et je n’ai pas trop envie de moisir ici. Je commence à remonter, Jean-Luc préfère temporiser et pas besoin de faire d’efforts finalement ça se relève 500m plus tard. Maintenant chacun veut se replacer ça saccade. Coup de freins devant, Ziiiiiipppppp et Bing ça chute. Avec XXXL nous arrivons de front sur le meli-melo de vélos. On s’arrête juste à 10cm et stuppeur Eric est dans le tas. Il nous répond que ça va. Du bol qu’on ne lui roule pas dessus ça lui aurait été fatal… Malheureusement c’est l’abandon !
    On a un trou à boucher pour retrouver le paquet. Quand ça plafonne nous sommes à 200m du paquet, avant même que me prenne l’envie de me positionner devant Franck XXXL anticipe et me propose de prendre les roulettes. Dans le même temps Olivier se laisse décrocher pour nous aider à faire la jonction et nous remonter aux avants postes. Ça c’est de la gestion de crise ! Mercis les gars.
    Entre 2 il y a le sprint du 28è Km emmené par Jean-Luc et remporté par Roland. Ça c’est fait :)
    Le 3è point chaud est le même que le 2è. En mode attente active, je me retrouve dans la bordure et devant ce sont les AAOC qui roulent ?! Je vérifie… d’abord le décor qui n’est pas celui du point chaud et ensuite le Km au compteur. Nous sommes à 7k c’est beaucoup trop tôt. Je remonte pour économiser les coéquipiers. XXXL approuve….. A sa façon. …
    Le train reprend au bon moment, je suis dans la roue de Francky, bien à l’abri, Dominique et Jean -Luc font les 1er étages de la fusée. Je prends l’initiative de lancer à nouveau sous les encouragements de mon St Bernard. Je suis bien à gauche devant le commissaire. Le 129 se décale et me passe d’un pneu.
    Il reste 7k jusqu’à la ligne. XXXL me demande de continuer l’effort et de chasser les tentatives. J’en contient 3 je me brûle à la pancarte 5k. Je me fais déborder de toute part. Jean-Luc se glisse vers l’avant et me propose de me remonter. Pas la place, pas le punch c’est marron ! Je limite la casse dans les 2 derniers Kms en restant au contact du 1er peloton et être classé dans le même temps. Ouf !
    De son côté Franck XXXL sans son lanceur de choc se classe 3è. A l’arrivée on découvre le vélo d’Eric déchiré en 3 morceaux. Eric est dépité mais fait bonne figure c’est vraiment sympa we sa part. En bons rapaces nous vidons ses gourdes en entendant le speaker nous annoncer que Jean -Christophe est dans l’échappée. Il passe la ligne en 9è position. Bravo !
    Je suis tout sourire à la remise des récompenses en remportant le classement par points grâce au travail de l’équipe.
    On dėbriefe de cette 1ère étape. XXXL est confiant pour l’étape de dimanche, moi aussi car je suis souvent mieux le 2è jour. La stratégie est simple : assurer mon maillot et ensuite gagner l’étape.
    Samedi soir j’ai des nouvelles du couple XXXL / Olivier qui n’arrivent pas les mains vides et sont reçus par l’ami Sylvain et sa famille. Pendant ce temps je suis seul devant ma tasse de thé. .. Le décalage est saisissant :) Heureusement j’ai ma petite satisfaction avec JC qui s’est proposé de préparer le repas sportif du dimanche midi. Le menu me plait : salade de pâtes Yesss :)
    Dimanche matin ça commence par 2 mauvaises nouvelles : le forfait de Jean – Luc et l’abandon de Yann. Dans les 2 cas ça me contrarie… La décision de Yann me déçoit… J’aime bien faire route avec Jean – Christophe c’est un bon compagnon et le temps passe plus vite sur cette RN20 qui m’ennuie prodigieusement.
    Mon avance au classement par points est suffisante pour voir venir mais nous décidons d’enfoncer le clou dès le 1er sprint. XXXL fait le briefing à l’équipe et d’un seul homme tous sont prêts à aider et à palier l’absence de Jean-Luc. Ça fait chaud au coeur et ça motive bien.
    Andrew m’annonce comme la veille des points chauds différents de ceux du road book. Je prends l’information à la légère car la veille il en était de même alors que l’étape correspondait exactement au road book. De plus ils sont signalés au sol 1km avant, de quoi se préparer. Ça aurait pu me coûter cher…
    J’ai sur le dos mon beau maillot à pois verts, toujours les espoirs mais je ne ressens pas la pression. Je n’ai que 2 choses à penser : rester dans la roue de Francky et rester dans la roue de Francky. Accessoirement sprinter au bon moment :)
    Drôle de trouble au départ car le dossard 151 vainqueur de l’étape la veille et donc leader n’est pas au départ. Les coéquipiers de SACLAY sont muets ?! Cela change la donne et, dans le doute, Olivier se laisse redescendre jusqu’aux voitures et refait émarger chaque concurrent. Vérification faite le 151 manque bien à l’appel.
    Nouvelles donnes :
    – ce n’est plus forcément à SACLAY de contrôler la course ;
    – un potentiel concurrent au classement par points en moins
    – Franck XXXL 2è au général…
    Ça bouge devant, moi je ne ressens même pas le roulis bien calé dans la roue protectrice de mon Capitaine.
    1er point chaud au K.11 je surveille le compteur. Grande ligne droite je me dis que le sprint sera au bout. Soit à l’entrée, soit à la sortie du village qui se dessine au loin.
    Il y a un gars isolé devant. Je suis surpris de voir mon équipe se mettre en ligne : Roland et Dominique et derrière le 132, XXXL et moi. Je suis encore plus surpris de voir le 132 démarrer et les copains s’impatienter. A mon tour de créer la surprise : le train est tellement bien fait que je ne mets pas un coup de pédale pour faire 3è. En revanche je dois une paire de patins à mes 3 coéquipiers :)p Je n’ai vu ni l’annonce des 1k ni la flamme ça craint ! Je fais les comptes et j’ai au moins 3 points d’avance sur le 132. XXXL me dit qu’il a du freiner plus fort que lors de la chute d’Eric !
    Bon cet avertissement me fait comprendre qu’Andrew avait les bonnes informations et je me souviens que les points chauds 2 et 3 normalement jugés en haut du taquet sont en fait à 2 endroits différents, le 3è étant en haut du taquet. Je vais aussi redoubler de vigilance sur les annonces.
    Le 2è point chaud est annoncé à 1k. Je suis en 3è rideau et la route est occupée sur toute la largeur. Mon équipe ne bouge pas, personne d’ailleurs. A 500m il est clair que je dois trouver seul l’ouverture ce que je fais. Avec le maillot il est plus facile de se faufiler et je sprinte seul sans trop savoir à quelle place je termine. Ce que je sais c’est que mes concurrents sont derrière et que j’ai augmenté mon avance suffisamment pour m’assurer le maillot sauf à ne marquer aucun point au dernier point chaud et que mon plus proche concurrent remporte le sprint. Équation compliquée pour lui.
    S’en suit 2 sprints joués pour la gloire…. Au cas où…. c’est un peu le bordel et on fait des efforts inutiles mais on s’applique le principe de précaution. Roland et Dominique aident une nouvelle fois et on prend une centaine de mètres d’avance comme ça. A la jonction? Dominique P sort et se lance dans un baroude à 2 et il prendra jusqu’à 50 secondes. On répète aussi le dernier point chaud.
    En haut ça visse mais nous sommes bien placés mais ça donne des idées pour le dernier tour….
    XXXL me dit qu’il situe maintenant le point chaud et qu’il ne m’echappera pas…. C’est vrai que la configuration est idéale avec une cuvette un pif-paf au fond et la pancarte en haut du taquet. On a dû la répéter 200x sur le Paris – Bayonne celle là… Vraiment on peut être confiants.
    Ça passe exactement comme prévu. Francky prend de la vitesse exactement comme je veux, il enrhume le gars parti devant, passe le Pif à gauche acrobatiquement et le Paf au fond de la cuvette. J’ai 25m d’avance, je suis bien, sur orbite : idéal.
    Nous avons la même analyse et je pars seul tout de suite pour économiser XXXL dans la bosse. J’ai de la vitesse et averti par mon lanceur, je contrôle un éventuel retour qui se rassoit aussi sec. Celle là est dans la poche et le maillot est définitivement acquis. On peut passer au nouvel objectif du jour.
    Dominique et son compagnon sont repris (pour moi avant le point chaud et le classement par points confirme ce point de vue). Argument supplémentaire, le vainqueur en GS viendra me féliciter immédiatement. Quoi qu’il en soit c’est génial.
    Je suis sur un petit nuage et les félicitations fusent. Je garde en mémoire celle d’Olivier. Je me désunis et Francky me rappelle une 1ère fois à l’ordre en me disant qu’il avait maintenant besoin de moi. Je continue ma déconcentration en allant faire un tour dans le décor. Je roule sur 10m dans les gravillons. Là Francky se fâche !!! Oup’s… C’est pas le moment d’aller au tas !!! Tout à l’envers du 1er sprint de la veille. ..
    Ce qui me fout les jetons c’est que depuis 2 jours il lit dans mes pensées :) Comme par envoûteme j’écoute Grand Gourou :)p
    Ça s’excite devant, les attaques fusent, le peloton s’allonge, avec Olivier nous contrôlons à tour de rôle et à force nous sommes un groupe d’une douzaine avec XXXL. Il y a 150m d’avance je me dis que ça se tente et une nouvelle fois – avant que je me mette à rouler – Francky m’explique sa stratégie. Il préfère s’économiser pour un sprint massif et garder du jus pour le CLM. OK PATRON !
    A 5k de l’arrivée Olivier se met en route à 42km/h. Au bout de 500m je veux lui prendre un relais il refuse et me dit d’attendre. Il m’impressionne c’estune horloge et c’est la résistance au vent qui module sa vitesse. Il s’écarte à 1,5 km de la ligne. Je prends mon relais il faut que je tienne jusqu’au gauche de la ligne. Vent de 3/4 gauche le long des blés ça va.
    A la flamme, Roland passe à Mach 2 avec une traînée de +/- 12 gars ça bouche l’horizon. L’effort pour remonter Francky sur la gauche m’entamme et je coince en haut du coup de cul livrant XXXL à 600m de la ligne. Il se classe finalement 10è.
    Le CLM est un effort particulier. Je le fais aux sensations, je foire complètement mon virage à gauche conditionnant le faux plat montant vent défavorable. Je n’arrive pas à relancer et je plafonne. Sylvain et Olivier m’encouragent pour le dernier Km. Super sympa :)
    Je partage mes impressions avec Francky, je lui confirme les points vus lors de notre reconnaissance du circuit et je l’avertis de l’effet trompeur du gauche et des conséquences. Une dernière gorgée et il se lance. Je me place au 500m pour voir son passage. Il est à fond bouche grande ouverte, muscles contractés, l’effort à l’état pur. Les jambes tournent régulièrement, chaque coup de pédale est une démonstration de puissance. Je suis comme un fou sur le bord de la route !
    Je regarde passer les 2 derniers, le jeune me fait aussi très bonne impression son coup de pédale est fluide et il va vite. Ce sera serré je pense.
    L’attente des résultats est l’occasion de refaire la course. L’ambiance est excellente comme à la pause déjeuner. Ça chambre un peu, les présents et les absents prennent chers :) MdR :)p
    Sylvain nous annonce les résultats : les objectifs sont atteints. On rentre avec les 2 maillots et, cerise sur le gâteau, le prix d’équipe. Triple YESSS !!!!
    Je remercie une nouvelle fois toute l’équipe pour la contribution de chacun dans la course aux points et puis sans oublier nos vaillants et dévoués accompagnateurs et St Bernards dans les voitures suiveuses: Serge, Alain, Sylvain et Big Chef André.
    Franck XXXL en taille PATRON qui remporte la timbale et s’est montré déterminant dans l’action et la stratégie de course.
    J’ai adoré le bon esprit qui régnait au sein du peloton et de notre équipe. La coupe vient récompenser ce collectif : magique !

  7. avatar Jean-Luc dit :

    on voit que t’es en vacances, mais en plus t’avais emmené tes notes |-D trop fort, toi et Didier on va vous pacser pour faire les comptes rendus.
    A bientôt et bonnes vacances à tous